La collecte de Bakary

Le désormais ex-joueur de Furdenheim (et futur de Sélestat) s’est rendu il y a quelques semaines en Guinée pour y apporter, entre autres, du matériel sportif.

Voilà 14 ans que Bakary est en France, et 14 ans qu’il évolue au sein de clubs locaux, dont les noms ne laissent pas indifférents. Les Libellules, Furdenheim, bientôt Sélestat, il n’oublie pourtant pas ses débuts, au Mali : « C’est la première fois que je reviens depuis 14 ans. Je sais que les conditions ici sont difficiles, que les gens n’ont pas forcément les moyens de s’acheter des maillots ou des paires de chaussures. Moi-même j’ai expérimenté cela. J’avais donc cette idée dans un coin de la tête et avec l’aide de mes amis ou de certains clubs ici, j’ai pu le réaliser ».

Dans ses mentions, Bakary cite Yannick, des Libellules, Jean Kohler, de Furdenheim ou encore Nicolas, de Basket4Ballers : « sans eux, cela n’aurait pas été possible. L’an dernier, j’en ai parlé avec Jean (Kohler) et il m’a répondu qu’il serait prêt à m’aider ». Seul dans cette aventure, Bakary a très vite reçu plus de dons que prévu : « je ne m’y attendais pas du tout. Je suis arrivé en Guinée avec 6 grandes caisses de matériel plus plusieurs petits cartons. Jean a aussi été d’une aide précieuse pour m’aider à transporter tout cela, tout comme mon ancien club du BCVN, Hale Thomas de Turkish Airlines ou la famille Herzel ».

Une expérience à renouveler

Pour la suite, le futur intérieur de Sélestat est prêt à renouveler l’expérience : « Avant d’arriver sur place, j’ai contacté les différentes fédérations sur place, comme celle de hand ou de basket. J’ai été très bien reçu, tout comme auprès des enfants. De ce fait, j’ai envie de refaire ce geste, pour eux. Je sais maintenant comment m’y prendre, alors si d’autres clubs sont prêts à participer à cela, ils peuvent me contacter ».

Le mot est passé, tout comme à ceux qui sont prêts à participer, d’une manière ou d’une autre, à ce projet. Et pour finir, Bakary n’oublie pas de remercier le club de Furdenheim, qu’il quitte après plusieurs années vertes : « Je tiens à remercier tout le monde au club, mes coéquipiers, Jean, les bénévoles ». Il s’en va, mais une partie de son cœur restera verte, à coup sûr.

error

Vous aimez Dunk'heim ? Suivez-nous sur Facebook et parlez de nous autour de vous pour nous aider !