Hélène Jakovljevic, saison rose dans la ville rose

D’une main de maître, le Toulouse Métropole Basket a décroché la montée en Ligue féminine. Avec à sa mène, la jeune Haut-Rhinoise Hélène Jakovljevic.

18 victoires, 4 défaites en saison régulière, 6/6 en Playoffs. Voilà le bilan du TMB pour cet opus 2021/2022 qui lui permet d’accéder en Ligue féminine. Au sein de l’effectif promu, la jeune alsacienne Hélène Jakovljevic a pris ses marques et a rendu quelques copies plus qu’intéressantes, comme face à Chartes (10 points, 5 rebonds, 2 passes décisives).

De retour en début de saison après une blessure à la cheville, Hélène revient pourtant difficilement à la compétition : « Mon début de saison a été compliqué, c’est vrai. En fin de saison dernière, je blesse à la cheville. Je reviens à Toulouse sans être vraiment prête physiquement. Puis, j’ai eu un œdème osseux au pouce ». Elle monte en régime au cours de la saison, jusqu’à des Playoffs très bien gérés (4,2 points, 3,5 rebonds et 4 passes décisives de moyenne). Avec en point d’orgue, le titre et la montée : « C’est incroyable de finir sur un titre. C’était l’objectif affiché en début de saison et nous avons réalisé un sans-faute. Enfin presque, avec seulement quatre défaites en championnat ».

Une vraie force collective

Cette puissance dégagée par le groupe toulousain tout au long de la saison, elles l’ont également ressenties entre elles : « Les capacités de le faire, nous les avons. En janvier, l’arrivée de Caliya Robinson nous a apporté encore plus de stabilité et nous nous sommes encore plus convaincues que nous pouvions le faire ».

Finir sur un titre, voilà un beau moyen de quitter Toulouse : « ma décision a été de partir. Je voulais quitter le club sur une bonne note après deux très belles saisons ici. Je suis déçue de quitter la ville et le club, mais d’un point de vue basket, j’ai besoin de voir autre chose, de découvrir de nouveaux challenges ».

Deux années de progression à Toulouse

Sur les bords de la Garonne, Hélène a progressé. Techniquement, « j’ai pris mes responsabilités quand il le fallait », mentalement, « ce n’était pas facile tous les jours. Avec les blessures et l’exigence du groupe, les saisons ont été dures », mais lui ont permis de progresser. Au point d’ambitionner aujourd’hui de trouver un vrai rôle en ligue 2 au sein de sa future équipe : « je sais par contre que je vais devoir devenir plus scoreuse et proposer un jeu plus agressif. Cela me permettra d’être plus complète offensivement ».

Surtout, changer lui permet « de ne pas rentrer dans une certaine zone de confort. Je pourrais me challenger en ayant plus de responsabilités ». Et ainsi franchir ce cap vers la Ligue féminine, qui reste son ambition majeure : « je ne me fixe pas de limite dans le temps pour y arriver. En travaillant, je sais que je m’en donnerai les possibilités. Le plus simple serait d’être champion avec un club pour monter ». Son passage dans la ville rose lui a en tout cas déjà montrer le chemin pour cela.

error

Vous aimez Dunk'heim ? Suivez-nous sur Facebook et parlez de nous autour de vous pour nous aider !