Les réactions après les finales de coupes Crédit Mutuel

Loïc Beyhurst (Geispolsheim), premier titre mondial :

« La victoire est logique, même si un match n’est jamais gagné d’avance. Surtout en fin de saison et en coupe du Crédit Mutuel. Cette dernière rencontre arrive au bout d’une longue saison. Je retiens surtout la victoire qui était primordiale par rapport à notre statut de favori et parce qu’on joue à domicile. Elle confirme notre deuxième partie de saison intéressante et valide nos progrès. Nous arrivons finalement à avoir quelque chose de concret. Le parcours n’a pas été simple, il fallait battre Furdenheim là-bas puis l’ASA, une équipe qui progresse année après année.  

Cette finale reste un match officiel. Devoir encore la jouer nous a permis de garder du rythme et de la concentration sur cette fin de saison. Et ici, en Alsace, c’est un peu la coupe du Monde ».

Valentin Correia (WOSB), 37 points face au BCS :

« Cette année a souvent été à l’image de ce match. Souffel’ nous a fait bien ch…. Nous étions aussi un peu cuits et leur intérieur nous a fait mal. En fin de match, je tire et ça rentre à chaque fois. C’est ça le basket aussi, mais je dois avouer qu’à -7, -8, on y croyait plus trop.

Il y a une dizaine de jours depuis la fin du championnat et cette semaine, nous ne nous sommes pas très bien entraînés. Ce n’était pas évident mais c’est ainsi. Je m’attendais à ce type de rencontre. Je savais que nous ne gagnerions pas de 30 points. Souffel’, ils ne lâchent jamais rien, même si nous étions revenus à la mi-temps. Puis je sais que nous avons souvent ces trous d’air durant un match, comme lors du troisième quart-temps.

La saison ne s’est pas déroulée comme voulue. Cette finale, c’est un moyen d’embellir cette année. C’est comme cela que je suis allé la chercher ».

Daniel Pereira, (BCS) :

« C’est contrasté aujourd’hui. Nous ne pouvons qu’être fiers de ce que nous avons fait. Nous avons montré que malgré le fait qu’ils soient revenus, nous n’avons pas lâché. Nous faisons un vrai match de basket entre la 18e et la 36e. Avant, nous faisons trop d’erreurs et après, nous avions peur de gagner. Le sentiment est donc contrasté. Nous avons bien joué au basket, mais je suis déçu pour mes joueurs car ils méritaient de gagner.

Ce qu’il nous a manqué ?  Valentin Correia. Arnaud Imhoff fait un bon match aussi. Le déficit d’expérience peut-être. En ayant joué quelques finales de plus, nous n’aurions pas pris ces 20 points d’entrée qui relancent le WOSB ».

error

Vous aimez Dunk'heim ? Suivez-nous sur Facebook et parlez de nous autour de vous pour nous aider !