[NM3] : Lucas Hoernel et Weitbruch, rebondir rapidement

Après sa défaite face à Sélestat, Weitbruch (Nationale 3) quitte une division fréquentée depuis neuf saisons.

Une belle longévité qui a pris fin samedi dernier. Devant une grande partie du match face à Sélestat, Weitbruch s’est finalement incliné, 77-81. Une défaite, cruelle, qui clôt un beau parcours de neuf saisons au cinquième échelon national pour ce petit village de 2900 âmes.

Cette âme, Lucas Hoernel l’incarne parfaitement. Capitaine, il devait sans doute piétiner d’impatience en début de saison au moment de refouler, enfin, les parquets. Qui plus est après trois dernières années où les résultats étaient encore plus positifs : « depuis trois saisons, nous jouons le haut du tableau. La spirale était positive alors qu’historiquement, Weitbruch, c’était le maintien. Inconsciemment, nous nous sommes peut-être laissés embarquer là-dedans, alors que le maintien devait rester notre objectif ».

Blessures et début de saison compliqué

L’entame de saison est délicate pour la Gallia. Un succès lors de la deuxième journée face à Rixheim, mais seulement trois à la fin de la phase aller : « le début de saison a été difficile. Nous avions certaines certitudes des années précédentes qui n’ont pu se vérifier d’entrée. Les résultats ne suivaient pas et il y a eu un enchaînement négatif. L’expliquer, c’est difficile. Mais notre préparation n’a pas été forcément optimale. Il y a eu des absences, plusieurs blessures et le tout a affaibli l’équipe ».

Au point d’arriver à un autre événement majeur, le départ de Joseph Hufschmitt en milieu de saison : « Je pense que tout le monde a compris son départ. Joseph est quelqu’un qui s’investit beaucoup et les mauvais résultats devaient l’affecter. C’est en quelque sorte une fin de cycle mais il était encore plus important de ne pas effacer les bons moments que nous avons vécu avec lui ici ».

Aurélien Schaller aux commandes

Son remplaçant est trouvé, et c’est un autre vrai produit du club. Sans expérience sur un banc à ce niveau pour autant, Aurélien Schaller va réussir à insuffler un nouvel élan à l’équipe : « nous avons été surpris qu’il arrive aussi vite à prendre ses marques. Il a très rapidement su redonner un coup de boost à l’équipe et cela s’est traduit dans les résultats ». L’équipe se remobilise et parvient à enchaîner plusieurs succès.

Jusqu’à cette rencontre face à Sélestat. Si une victoire suffisait au bonheur de la Gallia, Lucas précise que le maintien ne se jouait pas uniquement sur cette rencontre : « Finalement, nous ne parvenons pas à accrocher d’équipe du Top 4 sur la saison. C’est sans doute ce qui nous a desservi. Nos victoires, nous les cherchons contre des concurrents directs, alors qu’eux ont tous réussi à prendre des matchs face aux équipes de tête. Ensuite, sur la première partie de saison, nous avons commis trop d’erreurs, joué de manière trop laxiste. Nous ne nous rendions sans doute plus compte de la difficulté pour se maintenir dans ce championnat ».

Fierté et nouveau départ

Malgré cela, l’optimisme se veut de mise dans le nord de l’Alsace. Déjà, car la saison n’est pas terminée avec un duel ce lundi face à Holtzheim en coupe du Crédit Mutuel. Un quart de finale difficile à négocier mais qui pourrait bien apporter un peu de gaieté au club : « Il faut avouer que la semaine de travail a été un peu tronquée par notre fin de saison en championnat. La coupe, nous l’aurions abordé bien différemment si nous nous étions maintenus. L’équipe est encore mobilisée malgré tout et nous donnerons tout pour nous qualifier ».

Quant à la suite, Lucas sera toujours de la partie, même si … « j’avais prévu d’arrêter en fin de saison. Maintenant, je vais rester dans un groupe élargi, je donnerai des coups de main à l’équipe ». En prénationale, voire en N3, « nous avons tout de même déposé un dossier de repêchage ». Avec pour objectif, la remontée : « nous sommes un club de nationale 3 et je pense que notre place est ici. Mais il ne faudra pas reproduire les mêmes erreurs, à savoir penser que notre expérience, ou statut, suffisent pour remonter. Il faudra respecter le niveau, le championnat et les équipes contre qui nous joueront ».

Et s’appuyer sur une des grandes forces du groupe, sa cohésion. Dans les moments difficiles traversés cette saison, le groupe est resté solidaire : « ce sont aussi les valeurs du club et malgré la descente, nous ne les avons pas perdues. Je pense sincèrement que tout le monde peut être fier de ce que nous avons fait. Nous nous sommes donnés à fond jusqu’au bout mais c’est la loi du sport. C’est toutefois de bonne augure pour la suite ». Et nécessaire pour retrouver le goût des chaudes ambiances du samedi soir.

error

Vous aimez Dunk'heim ? Suivez-nous sur Facebook et parlez de nous autour de vous pour nous aider !