Schirrhein, Label or pour la section féminine

Cette année, le club de Schirrhein a été mis en avant par la Fédération Française avec l’obtention d’un label or. Précisions avec Nicolas Frangard, coach de l’équipe première féminine.

La saison en cours avec l’équipe 1

Présent au club depuis cinq ans maintenant, Nicolas Frangard a démarré son aventure au Cercle Saint Nicolas avec l’équipe masculine. Une année, avant de basculer chez les filles qu’il dirige aujourd’hui en Régionale 2 : «  Actuellement, l’équipe est classée troisième. Nous avons mal commencé notre saison, sans que je puisse réellement l’expliquer. Les filles s’entretenaient pour être prêtes lors de la reprise. Nous avons réalisé une bonne préparation et malheureusement, avons perdu trois des quatre premiers matchs. En plus, contre deux autres équipes également prétendantes à la montée. Depuis, cela va mieux avec huit victoires pour une défaite. Nous avons retrouvé nos forces, à savoir défendre fort et jouer vite. Nous sommes bien revenus au classement mais avec la formule actuelle, cela sera un peu juste pour espérer monter. Les trois défaites initiales vont peser à la fin ».

L’obtention du Label or

« Cette année, nous avons décroché le label or. C’est la première fois pour le club. Tout est parti d’une publication Facebook vue sur la page d’un autre club, également lauréat. Nous nous sommes penchés dessus avec notre présidente. Rapidement, nous avons vu que le club remplissait déjà une grande majorité des critères. Par exemple, il faut avoir une arbitre féminine, des coachs féminins et diplômés, deux équipes féminines en région ou encore 45% de licenciés féminines. Nous avons alors monté le dossier et la réponse fut positive. Maintenant, ce n’est pas une finalité en soi. Ce label valorise le travail effectué cette année mais aussi sur les précédentes. Cela valide les efforts du club et prouve que nous sommes dans la bonne direction. En plus, nous sommes dans un secteur géographique où la concurrence est assez forte. Je ne parle même pas du BCNA, qui est encore un cran au-dessus, mais des clubs comme Basse-Zorn qui travaillent très bien. Maintenant, il faut continuer à travailler pour le maintenir ».

Schirrhein, une tradition féminine…

« Schirrhein a déjà l’avantage d’être un club avec un vrai passé de basket féminin. Très souvent, les filles de nos anciennes joueuses démarrent en Babys chez nous. Cette base est un atout, mais elle ne suffit pas. Il faut construire autour, arriver à attirer d’autres joueuses du village ou de ceux autour pour avoir des équipes intéressantes qualitativement, mais aussi quantitativement. L’objectif à terme est d’avoir deux équipes par catégorie. Cela donnera de la place à tout le monde. Nous n’avons pas une recherche d’élitisme. Ce n’est pas notre objectif. Bien se situer et proposer d’ici 4-5 ans un parcours complet en région, U13, U15 et U18 serait une belle progression. Nous ne pouvons pas viser au-dessus pour l’instant ».

… et villageoise forte

« Schirrhein est un club avec un contexte un peu particulier. Les supporters sont très attachés au club et aux différentes équipes. Et quand celles-ci sont construites autour de joueurs et joueuses formées ici, le village se déplace pour les soutenir. Notre objectif est d’emmener un maximum de filles vers notre équipe 1. A ce jour, sur les neuf qui composent le groupe, six ont été formées ici. Que ce soit en prénat’ ou en R2, la salle est souvent pleine, avec 200 supporters présents. On me dit souvent que cela doit être bien de coacher ici, avec un tel public. C’est vrai et par moment, cela aide sans doute à gagner des matchs. Puis, avec les jeunes U11 ou U13 qui voient la salle pleine, cela les poussent et les motivent à rester au club, avec l’espoir d’intégrer un jour l’équipe 1 et prendre la place de celles qu’elles supportent aujourd’hui. Les joueuses représentent l’esprit club, donc une nouvelle recrue doit s’adapter à cela, participer à la vie du club dans son ensemble et pas juste au terrain en équipe 1 ».

Nouvelle direction technique

« Nous avons mis en place une nouvelle direction technique au club. Nous voulons pousser les gens à adhérer à notre idée, avec une certaine cohérence mais sans les y obliger. Ainsi, un coach qui récupère une génération sait déjà ce qu’elle maîtrise ou non et peut très vite enchaîner sur la suite de la formation. C’est en train de se mettre en place et d’ici 2-3 ans, nous verrons si cela porte ses fruits. Dans le contexte actuel, c’est difficile de recruter des coachs externes, mais c’est un constat général partagé par plusieurs clubs. Nous avons donc placé des jeunes coachs en formation et pourquoi ne pas les voir un jour à notre place à la tête des équipes 1 ? »

Crédit photo : Page FB CSN Schirrhein

error

Vous aimez Dunk'heim ? Suivez-nous sur Facebook et parlez de nous autour de vous pour nous aider !