Actualités

[NM3] : Le point après cinq journées à la SIG

Le point avec Daniel Meyer, coach des SM1.

Le bilan global

Il y a de la frustration car en dehors du match contre Mulhouse où on lâche sur la fin, les autres, nous sommes dedans et avons même mené. Nous n’avons pas su tenir le score, hormis Schaeffersheim. Mirecourt ou Poligny, je pense que nous pouvons espérer mieux, mais le manque d’expérience nous fait finalement défaut. Ca frustre un peu l’équipe mais dans la production, il y a de la satisfaction, il ne manque que les résultats.

En début de saison, tu te projettes toujours un peu. Tu regardes les matchs qui sont prenables selon toi, mais sans certitudes bien sûr. Tu anticipes qui va jouer le haut de tableau, le bas. Nous, c’est le milieu de tableau qu’on vise et on sait par expérience qu’à la SIG, la première partie de saison est plus compliquée car les joueurs découvrent le niveau. Avec un résultat à 3-2 ou même 2-3, ça aurait été bien pour nous aujourd’hui.

Il ne faut pas oublier que le projet du club, c’est la formation. On vise le maintien ou plus, mais nous n’avons pas plus de pression. Il est toujours agréable de voir certains de nos joueurs monter et aller fouler les parquets de N2 après avoir joué chez nous en N3 (Nadir Hifi en Betclic Elite au Portel, Charles M’ba Tankou , Hugo Diehl et Antoine Marx en NM2 par exemple).

Les plus et les moins

L’effectif, tel que nous l’avons construit, doit nous permettre de jouer avec beaucoup d’énergie. Mais nous avons aussi connu un manque de rotation avec les blessés, ce qui nous a gêné. Cet été, l’équipe a aussi connu sept départs. Si d’un côté, nous sommes habitués car la formation est le projet principal du club, il faut toujours que les nouveaux s’adaptent. Je pensais donc qu’offensivement, nous serions dans le dur, comparé à la défense. Mais les joueurs se sont très vite adaptés et, bizarrement, c’est défensivement que nous avons pêché.

Le basket, c’est aussi beaucoup de mental. Il nous manque encore un peu cette partie-là. Mieux gérer par moment, plus se lâcher sur d’autres, c’est aussi un aspect sur lequel les joueurs ont encore beaucoup de marge de progression. Il faut qu’ils comprennent qu’ils ont le niveau et qu’ils ne sont pas là par hasard.

Son regard sur le classement à ce jour

La véritable grosse surprise, c’est Rixheim. Mais ils vont revenir car leurs blessés reviennent. Sinon, il n’y a pas de surprises sur le haut du tableau. Pour la suite, nous allons progresser, j’en suis certain.  Beaucoup de joueurs découvrent le niveau et la phase aller, pour nous, est souvent une période d’apprentissage.

Les cinq premiers matchs de la SIG :

SIG 2 – Mulhouse 2 : 62-85

Schaeffersheim – SIG 2 : 59-77

SIG 2 – Mirecourt : 77-82

SIG 2 – Sélestat : 81-85

SIG 2 – Poligny : 66-69