La SIG Strasbourg en route vers le Trophée du Futur (2/3)

Le Trophée du Futur va démarrer ce jeudi pour la SIG Strasbourg qui affrontera Orléans. Enfin au complet, les jeunes strasbourgeois font partie des trois favoris avec Cholet et LDLC ASVEL. Une belle occasion pour vous présenter les joueurs de l’effectif d’Alex Hartz.

Après les leaders, Clément Frisch et Lucas Beaufort, nous continuons cette série avec les trois soldats du groupe : Joris Wagner, Hugo Minnig et Sydney Hawmmond.

Les soldats :

Joris Wagner

Arrière, né en 2001.

Lucky Luke

Le leader des soldats, le soldat des leaders. Compliqué d’évaluer Joris Wagner, seul rescapé des 2001 et peut-être le plus grand talent de sa génération. Disposant d’une belle envergure, il a un physique intéressant pour un poste 1, mais dans la moyenne pour un poste 2.

Intéressant en défense sur les arrières malgré un manque de mobilité latéral face à des meneurs plus rapides, il réalise de nombreuses interceptions. En revanche, en attaque, il manque d’explosivité et ce n’est pas un vrai organisateur. En fait, c’est le parfait complément de Lucas Beaufort. Il s’épanouit dans le tir, que ce soit après écran ou en catch-and-shoot. C’est une des gâchettes les plus sûres du championnat. Cette faculté lui permet de créer des espaces pour ses partenaires. Leader technique de l’équipe mais personne assez calme, il prend ses responsabilités et met dedans lors des moments chauds. Très bon role player, c’est un joueur qui a confirmé en Espoirs après trois saisons solides à ce niveau.

Après ce tournoi, ce serait surprenant qu’il reste au centre de formation de la SIG Strasbourg. La saison prochaine, il risque surement d’avoir des opportunités en Pro B ou en NM1. Physiquement il pose trop de questions pour jouer au poste d’arrière à court terme en Jeep Elite et sa palette au poste de meneur semble à ce jour trop restreinte pour le plus haut niveau français. En définitive, un destin à la Antony Labanca est possible pour ce jeune méritant mais qui peut être limité au plus haut niveau par son profil offensif un peu unidimensionnel et ses capacités athlétiques. Son évolution sera très intéressante à suivre ces prochaines années.

Hugo Minnig

Ailier, né en 2002.

L’assassin silencieux

Une belle saison où il s’impose au niveau Espoirs. Joueur de l’ombre de la génération 2002 depuis de nombreuses années, cet ancien de l’équipe de l’ASSM Pfastatt, Championne de France minimes en 2017, est un rouage important de l’équipe d’Alex Hartz.

Nous allons tenter d’éviter la comparaison avec Nicolas Lang, même si elle est (trop ?) facile à faire. Longiligne et très moyen d’un point de vue athlétique, c’est un joueur intelligent en attaque, discipliné et avec un vrai bras. Les deux venant de Mulhouse, la comparaison se fait rapidement… Avec sa précision depuis les corners, c’est une menace constante pour les défenses adverses, ce qui laisse plus d’espace à ses coéquipiers. Il a rarement la balle en main et évolue souvent en bout de chaîne. En défense, il fait des efforts mais est bien plus limité. Dans tous les cas, impossible de lui reprocher quelque chose. Avec Joris Wagner ce sont deux leaders par l’exemple pour cette équipe, deux joueurs d’équipe qui connaissent bien leurs rôles. Sa capacité à jouer en 4 dans des compositions small ball ajoute en plus une possibilité tactique intéressante pour Alex Hartz.

Bien moins entreprenant et dangereux offensivement que Nicolas Lang à son âge, ce sera intéressant de voir son évolution la saison prochaine pour estimer son potentiel, surtout que le plus dur est souvent de confirmer.

Sydney Hawmmond

Intérieur, né en 2000.

L’arme secrète

C’était le recrutement surprise de cette saison du centre de formation. Pour stabiliser sa défense et remplacer Quentin Klingelschmitt, la SIG Strasbourg avait engagé cet intérieur de grande taille (2,13m) pour qu’il puisse réaliser sa dernière année en Espoirs, après deux saisons passées à Limoges. Malheureusement, il a été blessé la majorité de la saison, ce qui a forcé Alex Hartz a expérimenté en responsabilisant davantage Gilles Djoko et Yohann Fansi ou à jouer petit avec Clément Frisch en pivot et Hugo Minnig en poste 4 fuyant.

Il a un registre offensif limité. En revanche, pour contenir les intérieurs les plus puissants du championnat, la SIG Strasbourg aura besoin de Sydney Hawmmond cette semaine. En particulier en défense et dès ce jeudi pour limiter Jean-Fabrice Dossou, l’intérieur le plus physique du plateau. S’il est associé à Clément Frisch, la raquette alsacienne sera vraiment embêtante à jouer. Un vrai point d’interrogation car on se demande à quel niveau il est après une saison quasiment blanche.

Crédit Photo : SIG Strasbourg

error

Vous aimez Dunk'heim ? Suivez-nous sur Facebook et parlez de nous autour de vous pour nous aider !