Interview de Nicolas Sarbacher, docteur de la SIG Strasbourg

Bonjour Nicolas, avant de devenir médecin, tu as été basketteur de haut niveau, peux tu nous rappeler, ton historique « basket »?

Effectivement j’ai été basketteur à la SIG, et suis passé par toutes les catégories (sauf poussin) de benjamin à sénior en équipe 1. Tous les ans nous étions champions du Bas-Rhin et d’Alsace en catégories jeunes et nous sommes devenus Champions de France Cadets en 1981. Ensuite, cela a été Championnat Nationale 2 avec la SIG, la montée en Nationale 1B puis une saison en 1B. Après la SIG, j’ai fait des passages au BCS et AUS (Nationale 3) et en dernier au BCGO avant d’arrêter. Pendant mes saisons à la SIG, j’ai fait des études de médecine, et j’ai passé et réussi le concours de l’internat à la fin de la saison en 1B pour être Spécialiste MPR (Médecine Physique et Réadaptation). Je suis aussi diplômé en Médecine du Sport, Traumatologie du Sport et Ostéopathie.

Qu’est ce qui a fait que tu es devenu le « doc » de la SIG Strasbourg?

Après avoir occupé le poste de Praticien Hospitalier à Colmar, je me suis installé en cabinet libéral à Strasbourg en 1998. A l’approche de la saison 1999/2000 le poste était vacant ; le Dr Carlo WILM m’a sollicité pour occuper le poste et j’ai accepté. J’étais là au bon moment, au bon endroit avec les formations adéquates, une bonne connaissance du basket et de la maison SIG. Nicolas Moncade était déjà de la partie avec son expérience et ses compétences.

Quel est ton rôle exact dans le club?
En tant que Médecin d’équipe, il faut réaliser et programmer les bilans d’embauche en début de saison (examen clinique, bilan biologique, bilan cardiologique, bilan dentaire, bilan podologique etc…). Il faut s’entourer de correspondants performants et disponibles pour tous ces
examens. Dans un deuxième temps il faut rentrer les données de chaque joueur dans son dossier médical informatisé qui est supervisé par la COMED de la ligue. Cela est valable pour les joueurs de la SIG et ceux du BCS que je suis aussi depuis quelques années. Pour les espoirs et les cadets, des bilans médicaux complets sont effectués en début de saison. Là aussi c’est toute une organisation avec le Centre de Formation. En cours de saison, il faut prendre en charge les blessures et les maladies ; examen clinique, examens complémentaires et contact avec les spécialistes de notre « réseau ». Il faut être disponible et réactif pour diagnostiquer, bilanter et traiter le joueur. Il faut dans la mesure du possible évaluer au plus près son indisponibilité sportive. Cela peut se discuter en commission multidisciplinaire (staff médical, technique et administratif). Nous avons la chance de pouvoir compter sur des Confrères Spécialistes dans tous les secteurs pour prendre en charge nos basketteurs rapidement et efficacement. Cela n’est pas le cas dans tous les clubs. Actuellement, avec la COVID nous organisons de manière hebdomadaire des tests PCR obligatoires pour fournir un certificat avant chaque match. En cas de personne du staff ou de joueur positif il faut mettre en place un protocole bien défini. Tout cela représente une charge de travail importante au cours de la saison qui est très chronophage.
Comment s’organise ton agenda aux côtés des joueurs professionnels, puisque tu gères ton cabinet de front?

Nicolas Moncade ou moi-même passons régulièrement à la salle,  pour faire le point avec les joueurs et Louis Feuillas, le kinésithérapeute du club. Il faut être présent à chaque match à domicile. En cas de blessure ou de maladie, Louis Feuillas me contacte directement afin de mettre en place une première stratégie thérapeutique. Le joueur sera vu à mon cabinet intercalé entre deux consultations programmées ou le joueur sera directement adressé à un confrère (dentiste, radiologue, ophtalmologue, etc…). Par ailleurs, j’ai des consultations et vacations en dehors de mon cabinet qu’il faut gérer en plus des autres activités.

Peux tu nous présenter le reste du staff médical de la SIG Strasbourg ?

Le noyau « dur » de la COMED (commission médicale) est formé par Nicolas Moncade, Louis Feuillas et moi-même. Le Dr Nicolas Moncade, Chirurgien Orthopédiste, depuis peu à la retraite, est au club depuis plus de 20 ans. Il a opéré de nombreux joueurs de la SIG et il est actuellement Président de la COMED.
Il est très professionnel et excellent chirurgien. C’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup sur le plan humain et professionnel. Nous sommes complémentaires, nous nous entendons très bien et notre collaboration à la SIG date de plus de 20 ans. Louis Feuillas, Kinésithérapeute à temps plein, est au club depuis quelques années. Il est la cheville ouvrière et notre point central. Il est en permanence avec les joueurs, le staff technique et logistique du club. Il est présent à tous les entrainements et matches à domicile et à l’extérieur. C’est chez lui que les joueurs voient en premier. Il fait un premier bilan avant de contacter un des médecins pour mettre en place la stratégie de prise en charge. Il s’occupe des soins avant l’entrainement, des contentions, des massages, pendant l’entrainement ou les matches et des soins après les entrainements ou les matches.
Il gère le matériel médical et paramédical. C’est un très bon professionnel à tous points de vue, il est très apprécié par les joueurs pour ses soins, ses conseils et son relationnel. Il y a une très bonne entente au sein de ce noyau dur et il est très important que nous soyons sur la même longueur d’ondes. Nous avons en place, dans notre organigramme, des correspondants que nous pouvons solliciter, qui sont compétents, réactifs et qui comprennent nos contraintes/impératifs.

Y-a-t-il des projets que tu souhaiterais mettre en place?

J’aimerais avoir plus de temps et de moyens pour développer les séances de prévention des différentes blessures.

Quelles sont les traumatismes récurrents auxquels sont confrontés les joueurs? Des explications? Des conseils pour éviter ce qui est évitable?

1-Entorse de la cheville : c’est la blessure habituelle des basketteurs (sauts, réceptions, contacts, chaussures pas toujours adaptées). Prévention par des exercices de proprioception. Les strappings sont moins prisés par les joueurs actuellement que par le passé.

2-Entorse du genou.
3-Traumatismes musculaires (contusions et élongations/claquages). Favorisés par l’explosivité du basket (courses et sauts) et les contacts.

4-Tendinopathies : genoux et chevilles (courses et sauts). Un travail de prévention renforcé en kinésithérapie permettrait de diminuer le nombre et la gravité de ces blessures.

Le basketball a évolué et les basketteurs également. A t on niveau quels changements peux tu noter sur les 10/15 dernières années?

Les joueurs sont physiquement plus impressionnants, plus rapides et plus explosifs qu’il y a quelques années. Il y a plus de contacts qui sont permis dans le jeu actuel.

Depuis que tu interviens à la SIG, y a t il des joueurs qui t’ont impressionné physiquement?

Loin devant les autres : Chuck Eidson, à la SIG en 2006, un physique, un professionnalisme et un mental hors normes.
JR Reid, ancien joueur NBA, passé à la SIG en 2001 en fin de carrière: un joueur puissant qui avait des appuis au sol très solides. D’autres comme MC, m’ont impressionné négativement par leur physique dégradé, une forte surcharge pondérale et le manque de professionnalisme.

Quand un joueur est censé être recruté par la SIG, il passe entre tes « mains ». Peux tu nous expliquer le protocole auquel il est confronté et quels sont les « soucis de santé » qui peuvent entrainer un véto quant à la signature de son contrat?

Le joueur doit passer une batterie de tests pour valider son embauche. Examen clinique, bilan cardiologique, bilan biologique, bilan radiologique, bilan dentaire et podologique. C’est déjà arrivé que certains joueurs soient recalés médicalement pour différents motifs
comme des genoux trop abimés, rachis lombaire en vrac, prise de substances illicites etc…
Peux tu nous raconter une petite anecdote un peu cocasse que tu as vécue à la SIG?
Lors d’un bilan d’embauche, je remarque que le joueur américain était borgne (monophtalme) suite à un accident dans son enfance. Il ne voulait pas jouer avec des lunettes de protection. Il a été embauché et heureusement il n’a pas eu de blessure sur son œil sain. Il occupait le
poste de meneur et a joué la saison complète sans blessure sérieuse. Joueur complet, il était très adroit à trois points malgré son handicap visuel.
Tu es également président de la commission médicale du CD67, peux tu nous en dire plus?
Cela fait quelques années et plusieurs mandats que je suis président de la COMED du CD67. Plusieurs mandats avec Roland Bliekast comme président puis actuellement avec Denis Oehler. Le mandat en cours vient de débuter et c’est reparti pour 4 ans.
Au sein de la COMED il y a les médecins agréés. Nous nous occupons des surclassements des joueurs, des dossiers médicaux des arbitres et de tout ce qui concerne le médico-sportif. Nous sommes en relation avec la COMED de la Ligue Grand Est et celle de la FFBB.
Un petit mot pour la fin?
Un mot sur la situation sanitaire actuelle qui nous empêche de pratiquer le basket dans des conditions normales. Tout le monde est affecté amateurs et professionnels à la fois sur le plan sportif, mais surtout sur le plan social et convivial entre joueurs, dirigeants et spectateurs. Il faut être patient pour vaincre cette épidémie, mais nous y arriverons.
Crédit photo : P. Gigon / SIG Strasbourg
Article : FZ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *