Kymany Houinsou, un premier rêve touché du doigt

Il y a quelques semaines, Kymany Houinsou, jeune espoir de l’ASVEL et du basket français touchait du doigt un de ses rêves, prendre part à un match d’Euroleague avec le groupe lyonnais. Sans toutefois fouler les parquets, il en a profité pour emmagasiner toujours un peu plus d’expérience, à 16 ans seulement.

S’imposer tout d’abord chez les espoirs, voilà la première étape que Kymany s’était fixé pour sa carrière. A 16 ans, il est déjà bien intégré dans le groupe d’Anthony Brossard et Pierre Parker. Titulaire lors des quatre premières rencontres de championnat, il affiche déjà plus de dix points de moyenne (10,8 pour être exact), 5,3 rebonds et 5,5 passes décisives (14 d’évaluation) : « Mon début de saison est globalement bon. Je m’affirme comme un joueur majeur du groupe espoir et je pense, pour l’instant, avoir un très bon apport à ce niveau ». Il faut dire qu’en plus, l’ASVEL fait office de favori dans son championnat, comme chez les professionnels. Un statut qui n’effraie pas le jeune mulhousien : « Notre objectif ? Finir champion de France ». Pour cela, il fallait passer par l’obstacle choletais, équipe invaincue depuis 49 rencontres. Un duel au sommet en quelque sorte qui intervenait déjà lors de la quatrième journée. Dans les Mauges, le groupe rhodanien ne s’est pas fait prier et s’impose, 68-52. Un succès important même si la manière n’était pas forcément présente : « Cela faisait longtemps que l’ASVEL n’avait pas battu Cholet. C’est une équipe majeure de ce championnat, il fallait donc annoncer la couleur dès le début de saison. Malgré la victoire, nous n’avons pas fait un très bon match, mais le principal était acquis ». Au classement, les lyonnais se retrouvent logiquement en tête (quatre victoires en quatre journées), à égalité avec … la SIG Strasbourg.

Plus jeune joueur français inscrit sur une feuille de match en Euroleague

La cerise sur le gâteau de ce début de saison est intervenue le 29 octobre dernier, « un sentiment de rêve qui se réalise, mais aussi d’excitation ». Voilà comment Kymany décrit son ressenti au moment de rejoindre le groupe professionnel, non pas pour la Jeep Elite, mais l’Euroleague. La cour des grands. Surtout, il devient le plus jeune joueur français dont le nom a été couché sur une feuille de match, devant des joueurs comme Frank Ntilikina, Théo Malédon ou encore Matthew Strazel, autres pépites de l’ASVEL. S’il a toutefois assisté à l’intégralité de la défaite lyonnaise (74-83) depuis le banc, Kymany s’est servi de cette convocation pour apprendre : « Cela m’a permis de voir de l’intérieur à quoi ressemble le plus haut niveau européen. Tu apprends comment mieux gérer certaines situations, surtout avec un très fort meneur en face, mon poste de jeu. Ma présence dans le groupe ? On me l’a fait savoir une semaine avant le match, lorsque j’étais à l’entraînement professionnel. Avec Elwin Ndjock, c’est à ce moment-là qu’on nous a annoncé que nous étions retenus dans le groupe. C’était une expérience incroyable ».  Désormais, Kymany espère faire prochainement ses débuts en Jeep Elite. Ses premières minutes pour se donner le droit de revivre d’ici peu, de nouvelles soirées au parfum européen.

Crédit photo : Alexia Leduc / Infinity Nine Media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *