Furdenheim, un derby pour se lancer

Après la défaite inaugurale face à Poligny, Furdenheim et son entraîneur Julien Boudeville voudront se relancer face à la SIG ce samedi soir dans un derby qui s’annonce très intéressant.

L’ouverture du championnat a laissé un sentiment mitigé à l’entraîneur de Furdenheim. Frustré par la défaite, Julien Boudeville retient malgré tout le bon visage de son équipe lors de la première mi-temps. 33 points encaissés et seulement trois ballons perdus à la pause, contre 50 et 16 lors du second acte : « Nous avions fait les choses plutôt correctement lors de la première mi-temps. Nous remportions  nos duels et rendions les démarquages plus durs. Malheureusement par la suite, nous manquions de fraîcheur et notre impact physique a baissé. Thomas Delfour et Xavier Schnell revenaient de blessure alors il était difficile de les faire jouer plus de dix minutes. Résultat, nous tournions à six ou sept joueurs quand en face, il y avait du lourd, notamment à l’intérieur ».

Privés de Théo Diehl et Julien Sauter pour quelques semaines encore, les joueurs de Furdenheim continuent de peaufiner leurs automatismes. Malgré plusieurs rencontres de préparation, ils se découvrent encore : « Pour donner une idée, sur les dix joueurs présents samedi soir, ils n’ont été tous ensemble que trois fois à l’entraînement. Mais c’est une préparation normale d’une équipe de Nationale 3, j’ai envie de dire. Avec le confinement, certains n’ont pu avoir de congés au printemps, alors c’était en août, ce qui a engendré son lot de départs et retours au sein de l’équipe durant la préparation ».

Content de retrouver les parquets cet été, « j’étais comme un gosse quand je suis revenu, alors je n’imagine même pas les joueurs qui retrouvaient les terrains », Julien et son groupe se sont fixés des objectifs plutôt hauts : « Nous voulons jouer le haut du tableau. Bien sûr que j’ai envie de voir ce qu’il y a en N2, comme plusieurs joueurs, mais le club n’est pas encore tout à fait prêt pour cela. Le niveau national chez les garçons, c’est tout récent et il faudra attendre d’autres évolutions auparavant. Peut-être que dans deux ou trois ans, nous pourrons afficher ce type d’ambitions. Mais pour l’instant, nous ne visons que le haut du tableau ». Pour cela, il se basera sur un effectif riche, « peut-être bien le plus riche depuis trois ans où je suis ici. Maintenant, il va falloir réussir à bien jouer ensemble. En plus, avec les quelques absences pour blessures, nous allons devoir trouver des habitudes qu’il faudra certainement revoir dans quelques semaines. Théo et Julien sont des joueurs important et il faudra trouver la meilleure formule possible ».

La SIG, une équipe difficile à manœuvrer

Prochaine étape, la réception de la SIG samedi soir. Une rencontre importante face à une équipe « qui ne nous convient pas forcément ». Jeune et talentueuse, avec notamment l’apport d’Hugo Diehl à l’intersaison, l’équipe strasbourgeoise possède, selon Julien, des caractéristiques qui la rendront très compétitive cette année : « Ca court, ça défend fort. L’effectif est plutôt jeune et lorsqu’on les a joué mi-août, ils me semblaient déjà bien en forme. Ils sont en N3 depuis quelques temps alors les jeunes prennent de l’expérience chaque année et les deux effectifs se connaissent très bien ». Sans oublier qu’il s’agira d’un derby : « Dix ou douze kilomètres séparent les deux clubs. Si on gagne, cela pourra bien lancer notre saison et nous apporter ce surplus de confiance. Nous travaillons bien la semaine, mais on sait que dans cette division, la confiance est parfois plus forte que le niveau de basket ».

Premiers éléments de réponses ce samedi soir à 20h à Furdenheim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *