Marjolin Leprêtre, le travail des fondamentaux

Avec son projet Basketball Workout 67, Marjolin Leprêtre a passé son été à coacher des jeunes (et moins jeunes) passionnés de basket. Retour avec trois d’entre eux, Mikael, Hugo et Corentin, sur ces séances où Marjolin distillait les précieux conseils comme il enchaîne les trois-points avec Schirrhein.

Comment avez-vous connu Marjolin et ses séances ?

Mikael : Par le bouche à oreilles. Entre basketteurs, cela fonctionne bien. Mais aussi par Instagram.

Hugo : J’ai entendu parler de Marjolin par le bouche à oreilles également. La qualité de ses entraînements m’avait aussi été vantée.

En tant que joueur sénior, qu’est ce qui t’as poussé à tester les séances avec Marjolin ?

Corentin : Cela fait trois saisons que je ne jouais plus et que je m’étais concentré sur le coaching à la SIG association en équipe 3 (Prénationale). Depuis l’an dernier, j’ai tout de même décidé de rejoindre mon tout premier coach à Kogenheim. C’est un des seuls club qui accepte que tu puisses jouer le week-end sans t’entraîner. J’ai donc choisi de faire des séances avec Marjolin pour me remettre en forme. De plus, j’ai l’objectif de monter avec Kogenheim mais comme c’est compliqué de m’entraîner avec eux, les séances m’aident dans ce domaine.

Qu’est ce qui t’as motivé pour tester ?

Mikael : Souhaitant progresser et Marjolin proposant des séances individuelles, j’ai pensé que cela pouvait correspondre à mes attentes. Et l’essayer, c’est l’adopter.

Hugo : L’idée était à nouveau de permettre la pratique du basket après cette période très particulière liée au Covid 19. En complément, je pouvais perfectionner mes fondamentaux grâce au conseil personnalisé d’un coach qui allait pouvoir être focus sur moi. Il est toujours compliqué pour un entraîneur en club, durant la saison, de se concentrer sur les joueurs de manière individuelle.

Comment se déroulent les séances ?

Mikael : Elles commencent par un échauffement et sont suivies par différents exercices préparés en amont par Marjolin. Si je souhaite travailler un ou plusieurs points particuliers, j’en fait part à Marjolin qui adapte les exercices en fonction de ce que je souhaite travailler. Les séances sont personnalisées, Marjolin prend en compte tous les facteurs (âge, taille, poids, catégorie du groupe dans lequel tu évolues)

Hugo : Il y a tout d’abord pour une phase d’échauffement, une montée en régime durant laquelle Marjolin en profite souvent pour travailler la dextérité du joueur de manière à le rendre « plus à l’aise » avec le ballon. Ensuite, une phase plus intense prend place avec  des exercices qui doivent être réalisés à haute intensité dans le but d’augmenter l’agressivité du joueur car c’est souvent ce qui pêche chez nous, les jeunes joueurs. S’en suit des exercices de shoots, toujours en rythme. Marjolin dispose de tout le matériel nécessaire pour cela. La fin de la séance est consacrée à un concours de shoot ou à un « un-contre-un » plus ludique. Les exercices changent d’une séance à l’autre et Marjolin passe très bien les consignes, de manière claire et concise.

Corentin : Il part sans à priori. Le premier entraînement va être peut-être plus complet, avec différents exercices pour déterminer tes points forts et axes de progression. Il va se faire une idée et valider les thèmes de travail avec le joueur et ne va pas juger le joueur sur son niveau. De mon côté, je lui laisse carte blanche sur la façon de préparer les séances. Il est complet et est capable d’aller sur tous les axes de travail.

Est-ce que tu penses en retranscrire certaines auprès de ton équipe, lors des séances collectives ?

Corentin : Oui, cela permet de redécouvrir certains fondamentaux. Il a peut-être plus l’habitude de travailler avec les joueurs des catégories jeunes mais en tant que sénior, on se rend compte que nous gardons certaines lacunes à force de ne plus les travailler. Les corriger pourraient faire beaucoup de bien sur notre jeu personnel et celui de l’équipe. Je vais donc pouvoir en retranscrire certaines sur mes séances, mais d’une manière globale, c’est bien de voir les façons de travailler d’autres joueurs et entraîneurs.

As-tu pu déjà voir des améliorations dans ton jeu ?

Mikael : Oui absolument. Les séances, même si elles ne durent qu’une heure, sont intenses et restent précises. J’ai amélioré certains points dans mon jeu mais il en reste encore, ça restera à faire pour les prochaines séances. Dès le lendemain, je peux les mettre en application et ça marche plutôt pas mal. J’ai déjà en tête les différents autres points que je souhaite travailler avec Marjolin.

Hugo : Les améliorations sont notables. Elles vont surtout me permettre d’être plus intense et plus à l’aise quand je retrouverai la compétition. Ce genre d’entrainement permet d’ailleurs de voir l’intérêt et la motivation que le joueur a pour le sport qu’il pratique. La confiance devrait également être au rendez-vous mais nous verrons cela lors des premiers matchs de championnat à la rentrée. Pas de pression particulière car le basket, c’est d’abord du plaisir et cela doit le rester d’après-moi.

Corentin : Lorsqu’on ne travaille pas certains aspects, on peut vite les perdre. Niveau mental, Marjolin va te pousser au bout de tes capacités pour que tu puisses chercher au fond de toi. Lui, il va te préparer à être prêt car il va travailler différents aspects du jeu.

Conseilles-tu ces séances ?

Mikael : Je conseille vraiment d’effectuer au moins une ou deux (voire plus) séances. La qualité est réelle. Marjolin a « l’oeil » et arrive très vite à déceler ce qui ne va pas et donc à le rectifier. C’est un plus si on souhaite évoluer et améliorer son jeu.

Hugo : A 100 %, Marjolin fait du super boulot. On voit tout de suite que c’est quelqu’un de passionné qui aime transmettre aux jeunes. Ses conseils et son engagement sont clairement une belle valeur ajoutée pour tout jeune qui souhaite progresser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *