CSSL Rixheim, se structurer davantage pour franchir un cap

Logo CSSL Rixheim

Malgré l’intense chaleur, c’est le moment de la reprise pour les clubs alsaciens. Aujourd’hui, nous réalisons un focus sur le CSSL Rixheim, club du haut de tableau de la NM3 (cinquième division française) et troisième club masculin haut-rhinois. Nous nous sommes entretenu avec Cédric Garnier, entraîneur du club, pour faire le bilan sur la saison passée et connaître ses objectifs à l’aube d’une nouvelle année sportive.

Saison 2019/2020 : « un goût d’inachevé »

« L’année dernière notre objectif n’était pas de jouer la montée. À l’origine, c’était même d’obtenir notre maintien le plus vite possible pour pouvoir ensuite voir plus haut. Comme on est sur une poule très régionale, avec beaucoup de derbys, il y a beaucoup de matchs très compliqués à jouer. » Pour autant, malgré un budget limité par rapport à d’autres équipes de la division et en composant son équipe avec uniquement des joueurs haut-rhinois, Rixheim s’habitue à surperformer. En effet, il s’agit de la quatrième année d’affilée que la CSSL Rixheim termine sur le podium.

Cependant, « le bilan est difficile à faire car nous avons un vrai sentiment d’inachevé. » En effet, stoppés à quatre journées de la fin du championnat, les hommes de Cédric Garnier peuvent être frustrés. « Lors de l’arrêt, on était à la première place, avec une victoire d’avance et quasiment le panier-average sur le deuxième, comme nous avions gagné de 21 points au match aller. Mais, le championnat n’était pas terminé, donc c’est difficile de faire un bilan. Il y avait encore un travail à terminer, surtout que nous connaissions une phase de moins bien… Aujourd’hui, nous ne pouvons pas pas affirmer que sans l’épidémie nous finissions premier. Cette fin de saison a aussi été frustrante car nous avons terminé cette aventure chacun chez soi. Nous ne nous sommes pas vu pendant plusieurs mois… Sur le plan humain c’était vraiment bizarre. »

Heureusement, financièrement, le club a réussi à survivre à la crise. « Cela aurait pû être très compliqué si on avait dû monter en NM2, car il y a un vrai fossé en terme de budget entre le championnat de NM2 et de NM3. » Pas nécessairement pour recruter des joueurs, mais surtout pour gérer la logistique des déplacements, qui sont plus lointains qu’en NM3. « On aurait eu besoin d’étoffer le budget. Comme la situation sanitaire a eu un impact sur les sponsors, ça aurait été très compliqué de construire un budget pour juste évoluer en NM2. »

Le CSSL Rixheim, un club ambitieux du basket haut-rhinois

De fait, pendant la période d’arrêt, le CSSL Rixheim a beaucoup travaillé pour développer les structures au niveau du comité du club et tirer du positif de cette crise.  « Cela fait quatre ans qu’on essaie de tirer le projet du club avec l’équipe une et on se rend compte des limites. Aujourd’hui, je pense que si on veut franchir un cap, on a besoin de se structurer davantage pour réussir à pousser le projet. » Pour y répondre, le club a mis en place de nouvelles commissions. « Nous avons des dirigeants très ouverts cela nous permet de trouver des solutions. » Un nouveau responsable sponsoring, Jean Denis Guallar, disposant en plus de la casquette de directeur sportif de l’équipe une, réalise un énorme travail de l’ombre. 

« Nous ne sommes pas un club qui peut prétendre vers une formation élitiste au niveau des jeunes, il y a déjà des clubs très proches qui le font. Ainsi, nous ne refusons aucun licencié de la ville de Rixheim ou des alentours. » Il faut être conscient qu’il est très difficile de former un jeune joueur pour intégrer une équipe de haut de tableau NM3, « à part le MBPA je ne vois pas qui peut le faire dans le Haut-Rhin », le CSSL Rixheim adopte donc une politique différente. «  Nous proposons un projet aux joueurs locaux de jouer un haut de tableau NM3, voir une montée en NM2. Nous sommes uniquement sur le vivier haut-rhinois, c’est pourquoi on recrute même depuis plusieurs années des joueurs de pré nationale. »

Un des futurs challenges du club est aussi d’unifier l’équipe une et les équipes jeunes. « Nous avons une salle historique et un nouveau complexe. L’équipe une joue dans ce nouveau complexe et les jeunes dans la salle historique. Notre club est dissocié entre ces deux lieux, cela pose un vrai problème pour la vie du club. »

Saison 2020/2021 : « Notre objectif pour la saison prochaine est de jouer le podium. »

Pour préparer l’année prochaine, Cédric Garnier a perdu deux joueurs importants, très expérimentés : Zaïnoul Bah et Quentin Drouet. « C’était impossible de recruter l’équivalent localement. » Cédric Garnier s’est attelé à trouver des joueurs avec des qualités complémentaires des membres de l’effectif actuel. 

Au poste de meneur, l’entraîneur haut-rhinois a décidé de responsabiliser Kevin Marjoulet, joueur habitué à jouer le haut de tableau de NM3 ou en NM2, formé au MBPA et Maxime Slaski, joueur très complet d’1m93 pouvant évoluer sur les postes 1, 2 et 3. Pour compléter le backcourt, Jacques Tresch (arrière), joueur de grande taille (1m94), avec une grande envergure et une grosse qualité d’adresse, semble partir avec une longueur d’avance. Il entamera sa deuxième saison en tant que rixheimois, après être arrivé de l’ASL Guebwiller la saison dernière. Ensuite, Cédric Garnier souhaitait tout d’abord un shooteur capable aussi de donner un coup de main à la mène. Ce portrait robot l’a amené à recruter Sabri Nessaibia, de l’ASL Guebwiller (pré nationale) et formé au MBPA. Thibault Boeckler, en provenance de Riedisheim (pré nationale) complète la ligne arrière. Ce fort combattant vient pour apporter de l’intensité en défense. Enfin, Willyams Sako, arrivé au club il y a cinq ans, en même temps que Cédric Garnier, poursuivra aussi au club. L’ailier international guinéen est un des leaders de cet effectif. Joueur très physique, pouvant dépanner au poste 4, il laissera très peu de minutes à ce poste.

À l’intérieur, Joe Ford, meilleur scoreur de la saison passée, reste finalement au club et continuera à jouer un rôle important au sein de l’équipe. À ses côtés, la hiérarchie est moins claire. Le pivot défensif Hakim Boudaira, véritable soldat, très important dans l’équipe pour sa discipline et son leadership, continue. De même, Davy Klock, qui peut dépanner au poste 3 et Alexis Szkucz, vétéran de l’équipe et fort défenseur, joueront sous les couleurs blanches et rouges. Pour compléter le secteur intérieur, Donat Kuntz, de l’ASL Guebwiller, rejoint l’équipe haut-rhinoise.

En plus de ces dix joueurs, dans la mesure où il est compliqué de piocher dans l’équipe deux, qui évolue en départementale, deux joueurs de l’équipe peuvent venir dépanner : Quentin Drouet, qui se rend disponible en cas de pépin et Rayane Bouamrane. Ce jeune joueur (né en 1998), vient de la région lyonnaise. Actuellement poste 4, Cédric Garnier a envie de le développer au poste 3.

Effectif prévisionnel de la CSSL Rixheim (NM3) 2020/2021 :
Meneur : Kevin Marjoulet / Maxime Slaski
Arrière / Meneur : Sabri Nessaibia
Arrière : Jacques Tresch / Thibault Boeckler
Ailier : Willyams Sako
Ailier fort / Ailier : Davy Klock
Ailier fort : Rayane Bouamrane
Intérieur : Joe Ford / Hakim Boudaira / Alexis Szkucz / Donat Kuntz
Entraîneur : Cédric Garnier

Crédit Photo : CSSL Rixheim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *