Jérémy Bichard, le bon endroit, le bon moment

Jérémy Bichard va découvrir la Pro B à la rentrée avec Gries. Le bon moment selon lui pour se lancer dans cette toute nouvelle aventure.

Sa dernière saison avec Angers était bien partie. Avec vingt succès en vingt-six rencontres, l’EAB trônait au sommet de la Poule A de Nationale 1. Bien que personne ne puisse être en mesure de prédire ce qu’il serait advenu jusqu’à la fin de saison, les Angevins, et Jérémy Bichard en tête, étaient prêts pour défendre leurs chances de décrocher un ticket pour la Pro B. Malgré tout, la décision reste logique pour le futur meneur du BCGO : « Difficile de se dire que nous sommes déçus. Pour revenir au sportif, nous attendions la deuxième phase avec impatience. Nous croyions en nos chances mais nous ne pourrons jamais savoir comment la fin de saison se serait passée. La situation est inédite et on se doit de prendre du recul. Nous restons sur notre faim mais la décision est logique ». Un arrêt prématuré qui marque la fin de l’aventure de Jérémy en Nationale 1. Du moins pour la saison prochaine à minima. Depuis quelques saisons pourtant, la porte de la Pro B s’était ouverte pour lui, sans qu’il choisisse de la franchir. Un choix réfléchi et pleinement assumé, Jérémy préférant attendre le projet idéal : « Voilà trois saisons que j’avais des contacts en Pro B. J’ai hésité, notamment l’été dernier avant de signer à Angers mais le projet de l’EAB m’a donné envie de rester. Je ne voulais pas aller en Pro B simplement pour y aller ».

Cependant, l’horloge tourne et l’heure indiquée était pour Jérémy enfin celle d’aller découvrir l’antichambre de l’élite : « Je vais avoir 30 ans. Je discutais avec Ludovic Pouillart depuis quelques années. De simples contacts d’abord, il me montrait de l’intérêt et cette année, Gries est venu vers moi très tôt. Tout cela réuni m’a fait prendre cette décision, c’était le bon moment ». Et le BCGO, il connaît. Avec Mirecourt, Mulhouse ou encore Rueil, Jérémy a déjà mis les pieds à la Forest Arena mais avec la tunique verte sur les épaules, ce sera une première : « Je me souviens surtout des matchs avec Mulhouse, des derbys très engagés. La salle était toujours pleine et être dans la peau de l’adversaire n’était pas la meilleure chose ». Lié à l’Alsace depuis son passage à Muhouse – lieu de naissance de son fils -, Jérémy connait également quelques joueurs de l’effectif : « Certes, j’arrive dans un nouveau club. Mais je connais déjà Asier et Kevin, contre qui j’ai joué à plusieurs reprises. Donc ce n’est pas ce côté découverte que j’appréhende le plus ».

Surtout, il sera accompagné par Franck Séguéla, lui aussi en provenance d’Angers. Une paire qui se connaît bien et devrait plaire au public de la Forest Arena : « Nous nous connaissons bien et sommes amis. Je pense que cela a aussi été un avantage aux yeux de Ludovic Pouillart lorsqu’il s’est intéressé à Franck. Notre affinité et connaissance sur le terrain seront de vrais plus. Personnellement, j’ai signé il y a plusieurs semaines et Franck le savait. Alors, quand Gries a pris contact avec lui, il m’a demandé mon avis sur le projet ». Au vu de la signature du jeune ailier, celui-ci a dû s’avérer positif.

Gries, l’endroit idéal pour découvrir la Pro B ?

Avant de découvrir la Pro B, Jérémy va passer un nouvel été pour se préparer et se montrer prêt à répondre de suite à ce nouveau défi. Au programme, de la musculation, quotidiennement, puis de l’alternance entre cardio et basket : « J’ai repris en douceur pour éviter tout risque de blessure. Je suis le programme que Julien Zoa m’a envoyé et le rythme s’intensifie. L’objectif est d’être prêt pour début août, à la reprise. Puis, je participerai aussi à un camp à Bourg-en-Bresse cet été, le My Step Up Camp ».

La prochaine saison, Jérémy l’aborde pour l’instant sans se mettre de pression. Sa connaissance de la philosophie griesoise, mise en place par Ludovic Pouillart, semble en tout cas bien lui correspondre : « J’ai été en contact avec des clubs plus « gros » sur le papier. Mais quand Gries m’a approché, je me suis dit que c’est une philosophie de jeu qui me correspond bien. Je pourrai montrer en Pro B ce que je réalisais en N1. Le jeu pratiqué correspond à mes qualités et le projet me permet d’arriver en Pro B avec un vrai rôle et des responsabilités ». Et quant aux objectifs, il s’en fixe des collectifs : « Gries reste un petit club de par son budget et le maintien sera le premier objectif. Maintenant, si on peut gratter un peu plus haut nous ne nous gênerons pas. Et si nous arrivions en Playoffs, ce serait alors une vraie saison réussie ».

Dans l’histoire récente du club, Gries a atteint les Playoffs lors de sa première saison en Pro B. Cette fois, ce sera Jérémy qui va découvrir ce niveau, alors pourquoi ne pas voir l’histoire s’écrire à nouveau de cette manière ?

Crédit photo : FFBB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *