Julien Zoa, « cette année a été enrichissante »

Sur tous les points, la saison 2019/2020 a été marquante pour Julien Zoa. Entre le centre de formation, son rôle d’assistant et un exercice tronqué par la crise sanitaire, elle n’a pas été de tout repos mais malgré tout très enrichissante.

La saison 2018/2019 du BCGO s’était terminée en apothéose. Malgré l’élimination face à Rouen, décrocher une place en demi-finale des Playoffs, pour un promu, mettait en lumière l’excellent travail réalisé par tous au sein du club. Pourtant, elle ouvrait un opus 2019/2020 où Gries n’allait plus être considéré comme une « petite » équipe, le club du nord-Alsace étant désormais bien connu sur la carte du basket français. Cette belle réussite accélérait surtout la progression et l’ambition du BCGO.

Un chantier d’envergure s’ouvrait notamment durant l’été avec le lancement du centre de formation. Un an après, Julien Zoa, assistant de Ludovic Pouillart sur le banc de la Pro B mais également très impliqué dans ce projet, revient sur cette année 1 du centre : « Cette année a été pleine de rebondissements. Nous étions livrés à nous-mêmes, en quelques sortes. Malgré des bons conseils prodigués par la SIG Strasbourg, nous sommes novices dans le domaine et le fonctionnement d’un centre était une vraie découverte pour nous. Les premiers mois étaient difficiles et nous nous demandions souvent si nous étions dans le vrai. Mais au final, les résultats sont positifs : premièrement nous avons une très bonne réussite au niveau scolaire et les jeunes se sont épanouis dans ce domaine. Sportivement, c’était plus contrasté, surtout d’un point de vue des résultats. Diriger une équipe constituée uniquement de jeunes en Nationale 3, c’était compliqué. Paradoxalement, les joueurs ont beaucoup progressé individuellement. C’est super intéressant. Je peux par exemple citer Romain Hoeltzel, qui n’a que 15 ans, et Maël Muller qui s’entrainent avec le groupe professionnel. Certains joueurs sont sortis du lot et nous espérons poursuivre ainsi la saison prochaine ».

Le maintien acquis en N3

Avec cinq succès (pour onze défaites), l’équipe réserve du BCGO n’était pas encore maintenue. Malgré tout, l’espoir de s’assurer une place pour le prochain championnat demeurait intacte. Finalement, cet objectif a été atteint : « J’y croyais jusqu’au bout pour le maintien. Maintenant, ça s’est fait grâce au COVID. Nous n’allons pas nous vanter de cette décision, mais tant mieux pour nous. Nous travaillons désormais sur le recrutement pour l’année prochaine et nous visons deux joueurs plus âgés pour encadrer le groupe. Nous avons des bons joueurs en devenir et la saison prochaine, nous souhaitons montrer que nous méritions de nous maintenir ».

Avant de viser ce nouvel objectif, les cadres du centre de formation griesois attendent un retour de la Fédération pour l’agrément de leur structure. Une marche qui pourrait bien donner un nouvel élan à tout le club : « Je pense que pour l’agrément, nous avons fait ce qu’il faut. Pour la partie scolaire nous avons su nous adapter durant cette période compliquée. La réponse devait nous parvenir en juillet. Nous ne savons pas encore si nous l’aurons à ce moment-là ou si elle sera repoussée mais je ne vois pas pourquoi nous ne l’obtiendrions pas. Le maintien de la N3 était la dernière étape pour l’agrément et c’est atteint. Si nous l’avons, nous pourrons envisager certaines choses différemment, déjà au niveau du recrutement pour le groupe professionnel mais aussi dans notre travail quotidien du centre ».

Des vacances ?

Une bonne chose pour Julien qui voyait également ses missions au sein du groupe professionnel s’élargir. Avec le départ de Maxime Bureau à l’intersaison, il devenait le seul assistant de Ludovic Pouillart. Une situation pas toujours simple mais dont il a su tirer parti pour progresser : « Il fallait réaliser le job de deux par une seule personne. C’était enrichissant même si parfois c’était dur, notamment avec l’exigence de Ludovic. J’ai beaucoup travaillé mais j’en retiens beaucoup de plaisir car j’ai progressé. Pour le centre, le crédit revient à Christelle Ongenda et Luc Cluysen, ce sont eux qui ont réalisé le plus gros du travail. Idem pour Pierrick Lazare et Dominique Kieffer qui ont été très présents».

Savoir s’entourer, c’est très important. Ludovic Pouillart l’a compris en accordant sa confiance à Julien. Et le travail du duo devait porter ses fruits pour la fin de l’exercice sportif malgré une saison jusque-là mi-figue, mi-raisin : « En Pro B, nous n’avions pas les meilleurs résultats mais nous progressions. Le dernier match face à Fos symbolisait bien ce qui était en train de se passer dans le groupe et je pense que nous étions prêts pour retourner et terminer dans le Top 10 ».

La Ligue est cependant passée par là entre-temps et a sagement décidé de stopper la saison 2019/2020. Du repos forcé même si Julien en a profité pour préparer la prochaine saison en Pro B, mais également son été qui sera, sans surprise, chargé : « Nous avons repris les entraînements individuels. C’est spécial car nous respectons des consignes sanitaires strictes, avec gants et masques. Nous attendons le 22 juin et la décision du gouvernement pour pouvoir s’y remettre à fond. Nous n’avons que deux joueurs professionnels pour le mois de juin, un habitué (Jerry Boutsiele) et Benoit Mbala : certains championnats ont repris donc des joueurs qui avaient prévu de nous rejoindre ont dû décaler, notamment sur le mois de juillet. On devrait cependant avoir des jeunes joueurs professionnels cet été, comme Louis Marnette. Ce sera intéressant en tout cas : cumuler cette double casquette, entre entraîneur individuel et assistant en Pro B, cela demande de l’organisation. En parallèle des sessions individuelles, je dois également organiser la planification des programmes d’entraînements personnalisés. Pour Gries, j’ai commencé à travailler avec certaines recrues comme Jérémy Bichard et Jeff Kebe. Nous travaillons beaucoup sur la vidéo. Et connaissant Ludovic, dès le 1er août, nous allons nous remettre au boulot ».

Un rythme effréné à nouveau, mais quoi de plus normal pour un amoureux de la balle orange ?

Crédit photo : Julien Zoa

Une réflexion sur “Julien Zoa, « cette année a été enrichissante »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *