La nouvelle aventure de Sébastien Hattemer

Six, et pas des moindres. C’est le nombre de clubs que Sébastien Hattemer a fréquenté durant sa carrière de joueur. Si celle-ci a connu une fin voilà deux ans, il a démarré sa nouvelle aventure sur le banc à Holtzheim l’an passé et la poursuivra à Geispolsheim la saison prochaine. Une équipe et un club qu’il a naturellement fréquenté comme joueur également.

Du temps, et du repos. C’est ainsi que Sébastien définit sa période actuelle. Fini les longs déplacements à travers la France ou même l’Alsace pour vivre de sa passion, le basket. Désormais, il dispose enfin de temps pour prendre soin de sa petite famille qui s’est agrandie voilà neuf mois déjà. De quoi lui faire oublier une dernière saison à Holtzheim écourtée et qui s’est surtout terminée sur une nouvelle peu réjouissante : « Très surpris et déçu que mon aventure d’entraîneur à Holtzheim s’arrête ainsi ». Fort heureusement, les nombreux messages de soutien reçus l’ont vite relancé, tout comme les différentes sollicitations dont il a fait l’objet : « Rapidement, plusieurs clubs ont pris contact avec moi pour me présenter des projets, en séniors ou bien encore à la formation ». Ce ne sera pourtant pas vers cette nouvelle voie que Sébastien se dirigera, mais vers une qu’il connait bien et qui s’est concrétisée par un chemin légèrement différent : « Geispo’, j’ai appris qu’ils cherchaient un nouveau coach, avant même que l’annonce du départ de François (Lepeltier) soit officielle. Mais moi, je n’y croyais pas au départ. J’ai pris quelques renseignements et très vite, cette information m’a été confirmée. J’ai alors fait part de mon intérêt et quelques semaines plus tard, les dirigeants ont eux aussi montré l’envie de travailler avec moi et c’est ainsi que nous sommes tombés d’accord ».

Un nouveau challenge pour lui, même si le cadre, Sébastien le connait bien. Il a par le passé déjà pu évoluer sous les couleurs de « Geis » et profitera de cela pour s’acclimater au plus vite à son nouvel environnement, même si la situation actuelle n’est pas la plus adéquate : « La préparation de la prochaine saison n’est pas des plus aisées. Je ne peux même pas voir mes nouveaux joueurs. Néanmoins, je connais la maison et je sais que le groupe est déjà soudé et très complet. La majeure partie de l’effectif va rester donc il n’y aura pas trop besoin de recruter ». Les objectifs eux resteront sensiblement les mêmes que cette année : « L’objectif principal sera de monter. Mais on sait que d’une année à l’autre, tout peut changer, alors les dirigeants ne nous mettent pas non plus une pression supplémentaire sur les épaules. Nous allons faire notre maximum. En plus, nous serons forcément attendus, partout. Et nos adversaires se renforcent fortement aussi, ce qui amènera le championnat à être dense, en plus d’être intéressant ».

Sa deuxième saison sur un banc avec les séniors

Jouer, ce n’était plus vraiment pour Sébastien ces dernières années : « Ma carrière, je l’ai stoppée par rapport à mes pépins physiques, plus nombreux ces dernières années, mais aussi à la naissance de mon fils. Je voulais me rendre disponible pour lui et ma femme. Mais le basket reste ma passion et impossible pour moi de m’en séparer. Je ne me voyais pas quitter ce monde. Alors entraîner m’a permis de jongler au mieux entre ma nouvelle vie et le sport. Arrêter de jouer a été un choix difficile à prendre, coacher le rend donc plus supportable ». Il l’avoue également, il possède depuis longtemps ce désir de transmettre tout son savoir et son expérience acquis au cours d’une carrière longue comme ses bras. De l’Electricité Strasbourg au WOSB en passant par la SIG Espoirs, Souffel’ ou encore Geispo’, ce sont également de nombreux souvenirs qu’il a accumulés : « Choisir un souvenir marquant ? C’est compliqué. J’ai presque toujours évolué dans des clubs avec des projets sportifs intéressants. Mon passage à Geispo’ par exemple, nous étions une vraie bande de potes. Nous avions décroché la montée dès ma première année puis avions fini dans le Top 5 en N3. Au WOSB, idem. Dès ma première saison, le club a réussi à enfin monter en N2, après de nombreuses années à tenter sa chance sans y parvenir. Holtzheim aussi restera gravé pour moi avec deux montées en N3 et N2. Il n’y a peut-être que mon année à Souffel’ qui fut moins marquante ».

Passé les souvenirs, Sébastien se raccroche au présent et prépare déjà le futur, à Geispo’. Sans se mettre de pression quelconque, si ce n’est celle de l’apprentissage et du plaisir : « Je laisse venir les choses. Je débute ma carrière d’entraîneur alors j’ai envie de me faire ma propre expérience. Nous verrons bien où tout ceci m’emmènera, mais je ne me ferme pas de portes pour l’avenir. Ni même me dis qu’il faille absolument aller coacher en N3 ou encore plus haut. Pour l’instant, j’espère transmettre du mieux possible et surtout, prendre du plaisir ».

Et c’est bien là, l’essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *