Louise Dambach, une dixième saison à la SIG

Capitaine (presque) emblématique de la SIG, Louise Dambach a décidé de renouveler son bail à la SIG pour une dixième année consécutive. Une vraie bonne nouvelle pour la formation phare du basket féminin en Alsace.

Cette saison 2019-2020 vient de prendre fin de manière prématurée. Pour l’équipe féminine de la SIG, alors classée au huitième rang de la Ligue 2, elle s’est achevée avec un maintien acquis de manière assez confortable. Pour les joueuses, c’est maintenant une nouvelle saison qui démarre. Se préparer au prochain exercice, mais sans réelle vision sur le championnat de demain, est loin d’être aisé. La capitaine illkirchoise prend elle son mal en patience, tout en continuant son maintien en forme à domicile : « Ce n’est pas évident mais je me maintiens en forme à la maison. Je relativise pourtant en me disant que mes proches et mois sommes en bonne santé, même si le basket me manque ». Gérer une coupure ainsi, non prévue, est pour l’ailière de 24 ans « quelque chose d’incomparable, même à une blessure. En étant blessée, tu peux tout de même sortir, voire les filles et assister aux matchs et entraînements. Là, la seule solution pour voir des gens reste virtuelle ».

Heureusement, le basket devrait bien reprendre tôt ou tard, reste à en déterminer la date. Alors, en attendant, retour sur la saison qui vient de se terminer. Avec un bilan quasiment équilibré (8 victoires pour 9 défaites), elle s’est stoppée sur une dernière défaite face à Aulnoye, leader du championnat. Malgré un score final qui pourrait laisser penser à une nette domination des visiteuses (52-71), les coéquipières de Louise sont restées très proches durant plus d’une mi-temps (33-32 à la pause). De quoi confirmer la réussite de la saison : « L’objectif du club a été atteint. Forcément, cette fin de saison nous laisse un goût amer. Nous avons su réadapter notre niveau à la Ligue 2. C’est encourageant et nous avions même nourri de nouvelles ambitions au cours de la saison. Nous étions arrivés à un point où nous visions les Playoffs. C’est plus valorisant et logique au vu de notre classement. Il nous restait trois rencontres à domicile, donc la cinquième ou sixième place aurait été une belle récompense pour l’investissement de chacune ». Pour en arriver à ce point, la capitaine ajoute également que la construction de l’effectif au cours de l’été précédent a été un point positif. La conservation d’un noyau dur a permis de gagner du temps sur la préparation. Certains automatismes étaient déjà présents, favorisant ainsi l’intégration des nouvelles recrues.

La stabilité, gage de réussite ?

D’un point de vue personnel, cette nouvelle année en Ligue 2 a permis à Louise de s’étoffer dans son rôle de capitaine : « Je pense avoir progressé dans mon leadership sur le terrain. Nous étions quelques joueuses d’expérience à avoir déjà eu un rôle en Ligue 2 et cela nous a amené à guider en quelque sorte le reste du groupe. J’ai également essayé de transmettre au mieux les valeurs que le club tient à véhiculer. Maintenant, je pense que je dois vraiment réussir à mieux gérer ma sélection de tir et continuer à m’adapter au rôle que le coach voudra me donner, en fonction des recrues et de notre effectif futur ». Avec des statistiques très propres (13,3 points, 2,6 rebonds et 3,8 passes décisives), elle a encore su se montrer importante et a joué un rôle important dans la bonne saison des siennes.

Comme la saison passée, le staff alsacien va miser sur une recette qui semble bien fonctionner, la stabilité. En plus de Louise, Emma Peytour, Amélie Voynet, Marine Debaut ou Stephany Skrba ont déjà prolongé pour une nouvelle saison. Une bonne nouvelle car Fabien Kaerlé va pouvoir composer avec un groupe dont il connaît déjà les qualités, tout comme les défauts. Cette stabilité, selon Louise, est nécessaire : « Les moyens vont être un peu réduits. Engager des étrangères ne sera pas facile non plus. Ce sera donc un nouveau gain de temps pour la préparation. En plus, garder les mêmes joueuses permet de créer plus de liens avec nos supporters ». Et l’ambiance, les soirs de matchs au Hall de la Poste, peut clairement faire pencher la balance de certaines rencontres.

Pour la prochaine saison, Louise ne parle pas encore d’objectifs, même si en tant que compétitrice, elle vise forcément plus haut qu’un simple maintien : « Les objectifs ? Je laisse cette décision au club. Nous, bien sur qu’on aimerait aller jouer autre chose que le maintien. Une place en Playoffs pour quelque part nous récompenser du travail fourni, ce serait sympa. Mais la saison reste aléatoire selon les blessures ou les autres équipes. Nous arrivons à nous faire une idée des autres formations, bien que l’on soit encore très tôt dans la présaison et que les choses vont encore bouger ».

De l’incertitude, il en reste aussi par rapport au calendrier et aux modalités de la prochaine saison, des éléments loin d’être neutres quant à la réussite, ou non, d’un championnat. Mais pour sa dixième saison au Hall de la Poste avec la tunique rouge et blanche sur les épaules, Louise donnera tout pour en démarrer une onzième et ce toujours et Ligue 2.

Crédit photo : Lucas Ruch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *